Un don de 2 millions du fédéral pour le « Principe de Joyce »

Written by on 15 février 2021

Excellente nouvelle pour le Conseil de la Nation atikamekw et le Conseil des Atikamekw de Manawan, qui se voient octroyer 2 millions de dollars du gouvernement fédéral pour la promotion et la concrétisation du « Principe de Joyce ». Ce principe découle d’un mémoire déposé aux deux paliers gouvernementaux l’automne passé. Le mémoire suivait le tragique décès de Joyce Echaquan, le 28 septembre dernier.

Rappelons les circonstances : quelques minutes avant sa mort, Mme Echaquan a diffusé un Facebook live alors qu’elle était prise en charge à l’hôpital. On la voit alors recevoir des insultes, des injures et des propos racistes de la part de deux infirmières. Ce vidéo est instantanément devenu viral et a fortement choqué le public, créant un mouvement d’indignation et de mise au jour des conditions mésadaptées des soins médicaux et sociaux aux réalités des communautés autochtones.

Le Principe de Joyce

Le mémoire déposé au fédéral a attiré une forme d’engagement concret pour l’application du Principe de Joyce. Ce dernier a pour principe fondamental de garantir aux peuples autochtones le droit à un accès équitable et sécuritaire aux services sociaux et aux services de santé. Le montant versé par Ottawa servira entre autres à élaborer des outils et des formations pour le personnel de la santé et à mettre en place des campagnes auprès des Premières Nations pour mieux les informer de leurs droits.

Les lacunes éducationnelles en termes de soins aux Premières Nations ont été soulignées par nombre d’acteurs déjà. Le Journal de Montréal avait d’ailleurs fait l’exercice de recenser le nombre d’heures de cours portant spécifiquement sur les réalités autochtones dans le parcours en soins infirmiers offerts dans les établissements collégiaux du Québec. Le constat était bien désolant.

Un problème systémique ?

Il n’y a pas que le personnel infirmier qui témoigne de racisme envers les populations autochtones, la problématique s’étend à tout le personnel soignant. Cela amène à se questionner sur l’opportunité manquée du système d’éducation quant à conscientiser les futurs soignants sur les enjeux spécifiques à ces populations. Également, on constate qu’au sein du système de santé, il n’y a pas de grande possibilité d’autorégulation entre les différents corps soignants.

Il s’agit d’une problématique institutionnelle dont la population québécoise commence à prendre conscience. Comme le gouvernement en place ne reconnaît pas l’existence du racisme systémique au Québec, il est bien difficile d’imaginer que de réels engagements (autres que des séances de dialogue et des tables rondes) seront pris envers les Conseils impliqués dans la promotion du Principe de Joyce. Le gouvernement fédéral a toutefois montré un certain leadership dans la cause autochtone. Cet enjeu est présent dans les engagements du gouvernement libéral de Justin Trudeau depuis son arrivée au pouvoir.

Cet investissement de 2 millions de dollars de la part du fédéral vient insuffler un peu d’espoir aux communautés autochtones. Par contre, le système de santé demeurant du ressort des gouvernements provinciaux, il faudra une volonté beaucoup plus importante de la part de la CAQ pour que les conditions de soins aux Premières Nations se voient améliorées concrètement.

PHOTO BY DAVE SIDAWAY /Montreal Gazette

Current track

Title

Artist

Background